Tu prends un monde, tu le rétréci, tu le sopoudres de Prismaura, ensuite tu envoies deux français et deux belges dedans et tu obtiens : ceci !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prologue

Aller en bas 
AuteurMessage
Ben
Admin
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 12/06/2012
Age : 27
Localisation : Si vous lisez ceci, c'est que vous vous intéressez d'un peu trop près a ma vie privée.

Fiche rpg
Race: Kaldoreï
Origine: Han'Diirëil
Classe / Métier: Roi

MessageSujet: Prologue   Ven 17 Aoû - 23:10


LES CONTES D’ARLUNNE

Prologue

L'histoire de ce monde commence il y a plus d'un millier d'années. A cette époque, la surface du globe était divisée en plusieurs grandes nations, des empires souvent colossaux qui imposaient leurs lois sur des continents tout entiers.

A l'ouest, se trouvait le grand empire kaldoreï, nation des elfes. L'empire kaldoreï s'étendait des terres d'Unnis jusqu'aux frontières du territoire d'Han'Diirëil. C'était un empire puissant et prospère régit par la dynastie des empereurs Andrïn qui régnaient depuis l'aube du royaume. L'empire kaldoreï n'avait pas d'ennemis assez fous pour s'en prendre directement à eux. C'était une noble nation, remplie de richesses, a l'architecture invraisemblable, symbole de la finesse elfique. Même si les elfes partageaient leurs terres avec de nombreuses autres races, à cette époque, seuls les kaldoreï dirigeaient le pays, et les autres peuples pouvaient vivre a leur guise du moment qu'ils ne menaçaient pas l'intégrité de l'empire.

Au centre, sur le plus grand continent du monde, l'Eurasie, régnait le grand empire béorc. Les béorcs, également appelés humains, étaient les plus nombreux qu'il soit. Leurs villes rivalisaient avec celles des kaldoreï autant en architecture que dans leur culture propre et unique en son genre. La diversité de l'empire béorc était liée à leur territoire extrêmement vaste. Les béorcs vivaient avec une multitude d'autres races, mais ils préféraient garder leurs distances. Tant que ces peuples étrangers ne les dérangeaient pas tout allait bien. Chacun chez soit, et le bétail sera bien gardé. C'était un empire tout aussi puissant que celui des elfes, avec des connaissances développées. Ils possédaient les érudits les plus curieux, les aventuriers les plus intrépides et les guerriers les plus chevronnés. Mais ce qui caractérisait surtout les bérocs, c'était l'ambition et la soif de pouvoir.

Au sud, la grande Afrique. C'était une terre aride remplie de peuples exotiques. Les orcs étaient majoritaires et c'est pourquoi ils ne tardèrent pas à se réunir pour former une grande nation. Ils unifièrent le pays sous un empire gouverné par un empereur qui régnait depuis les terres du nord-est d'Amunmose. Les orcs bâtirent de magnifiques édifices, aussi immenses que complexes ; de véritables symboles de la puissance de leur empire. Bien que très violents, ils conclurent avec les nombreuses autres races qui vivaient a leur côté une sorte de pacte : ils acceptent de travailler pour eux et en échange ils peuvent vivre librement sur le territoire. Très territoriaux et paranoïaques, ils étaient cependant en permanence sur la défensive, surtout par rapport a l'empire béorc qui se trouvait de l'autre côté de la méditerranée.

Tout a l'est, en Océanie, se trouvaient les terres sauvages d'Ouranor, domaine hostile et inhospitalier. Des terres pleines de monstres et de créatures agressives. De nombreuses races chimériques sont natives d'Ouranor, mais ce sont les marguiens qui imposèrent leurs lois. Le peuple des marguiens, violent, sanguinaire, cruel et agressif, réussi a unir ses tribus éparpillées sur tout le territoire pour mener une guerre afin de soumettre tous les peuples. Les marguiens imposèrent leur suprématie et firent de toutes les autres races du continent des esclaves pour leur nation. Le peuple xénophobe et territorial des marguiens vivait dans la peur de se faire envahir chaque instant, ce qui commença lentement à développer chez eux un certain instinct de survie basé sur une réflexion particulière : pour éviter de se faire attaquer, autant attaquer les premiers. Le temps continua de faire mûrir cela dans la culture marguienne pour en faire un peuple rapidement devenu très ambitieux et conquérant.

Enfin, il existait une dernière nation, au sud-ouest de l'Almarie, une petite île qui abritait le peuple le plus atypique du monde : les zorians. Les zorians vivaient entre eux, dans l'autarcie la plus totale, sur l'île qui portait le nom d'Atlantis. C'était un peuple d'amphibiens pacifistes qui passait son temps à étudier le monde. Les zorians possédaient de nombreux érudits et divers génies dans le domaine de l'étude et l'expérimentation de l'art arcanique. Pour eux, ce monde était un terrain de jeu merveilleux remplis de mystères à percer. Grâce a leurs prédispositions naturelles leur permettant d'aller aussi bien sur terre que dans les plus profonds gouffres sous-marins, ils passaient le plus clair de leur temps à explorer le monde pour y découvrir de nouvelles choses. Et c'est justement eux qui firent la plus grande découverte depuis des temps immémoriaux : dans le ventre de la terre, un mineur sous-marin ramena un cristal particulier aux propriétés magiques étranges. Il le ramena à Atlantis pour le montrer aux érudits...

Le prismaura. C'est ainsi que les zorians baptisèrent ce cristal si singulier. Il s'agissait d'un cristal difficile a trouver car il s'enrobait naturellement de couches de minéraux très résistantes a l'apparence banale. Mais une fois cette couche de pierre retirée, on obtient un cristal qui prends différentes teintes. Le plus souvent, les zorians le trouvèrent sous la forme d'un cristal blanc étincelant qui produisait de la lumière dans l'obscurité, mais ils en trouvèrent des jaunes, des verts, des mauves, des rouges, et de toutes les couleurs qu'il existe ! Mais ce n'était pas cela qui importait. Les zorians n'étaient pas réputés pour apporter de l'importance a de vulgaires gemmes qui feraient de beaux bijoux. Non. Le prismaura avait la capacité incroyable de capturer l'énergie magique autour de lui, de l'emmagasiner, de la canaliser et de la stocker. C'est d'ailleurs la nature de cette énergie magique qui lui donnait ensuite sa teinte. Les érudits zorians pensèrent d'abord utiliser ce cristal pour se faire de grandes réserves de magie, transformant ainsi le prismaura en sorte de batterie d'énergie magique. Mais leurs recherches et leurs expérimentations leur révélèrent que le prismaura pouvait également être exploité pour réutiliser l'énergie collectée afin de la redistribuer. Les zorians pouvaient grâce à eux utiliser de grandes quantités d'énergie magique d'un seul coup. Ces cristaux étaient comme des aimants à magie desquels ont pouvaient se servir pour canaliser une très grande puissance. C'était la plus grande découverte du peuple zorian ! Ils continuèrent à faire des expériences sur ce cristal, innovant des armes, des inventions diverses et variées, usant et abusant de leur nouveau jouet dans le secret le plus total de leur petite île d'Atlantis...

Pendant ce temps, les grands empires allaient devoir faire face a un grand fléau venu des terres d'Ouranor. Un puissant chaman du nom d'Alferis Alendar, réunit les marguiens pour former une gigantesque armée avec leurs esclaves. Le grand Alendar, fort d'une magie innommable, marcha sur les terres de l'est du royaume béorc, attaquant par les littoraux saëroquiens. Rapidement, la moitié du royaume béorc tomba entre les mains du puissant Alendar et de son armée déchaînée. Des marguiens enragés, des minotaures fous de rage, des golems et même des trolls de plusieurs mètres formaient le fleuron de l'armée d'Alferis. Les béorcs, malgré tout leur courage, ne faisaient que battre en retraite et se faire massacrer. Mais devant l'immense menace que formait Alferis Alendar et son armée, les autres royaumes commencèrent à trembler, se demandant si Alendar n'allait pas attaquer leurs terres après avoir achevé l'empire béorc. C'est donc tout naturellement que les autres empires envoyèrent des troupes après négociation diplomatique, pour soutenir les béorcs dans leur combat. Les kaldoreï et les orcs sont allé rejoindre les humains sur le champ de bataille, ainsi que des milliers de volontaires issus de centaines de races différentes, tous combattants pour la liberté. Seuls les zorians ignorèrent l'effort de guerre contre l'invasion marguienne. On aurait put croire que cette alliance entre les empires aurait put suffire à mettre l'armée d'Alendar en déroute, mais l'immense et mystérieux pouvoir magique qu'il possédait était trop grand. L'alliance des empires devait encore reculer vers l'ouest, les armées marguiennes s'approchant dangereusement de l'Almarie.
C'est alors que l'alliance décida d'envoyer une délégation de ses meilleurs diplomates à Atlantis, pour demander l'aide des zorians. Au début, les zorians ne semblaient pas comprendre l'inquiétude des autres empires. Pour eux, les marguiens n'avaient aucun intérêt à attaquer Atlantis. Ce n'est que grâce à la finesse d'un diplomate orc, que les zorians furent finalement convaincus de rejoindre la bataille. En réalité, ils voyaient là une opportunité sans pareil de tester les aptitudes de leurs inventions en prismaura au combat. Et c'est ainsi qu'une troupe de zorians partirent pour l'empire béorc avec une lourde cargaison d'armes en prismaura.

Lorsque les zorians arrivèrent, le cours de la bataille changea radicalement. Les armes en prismaura avalaient la puissance magique déversée par Alferis Alendar et ses chamans, leurs sorts devenant inefficaces. Mais pire encore, les zorians retournèrent l'énergie magique de l'armée marguienne contre eux, et des sorts cataclysmiques s'abattirent sur l'armée d'Alendar. En seulement quelques jours, les marguiens furent vaincus, et Alferis Alendar fut décapité sur la place d'un petit village qui deviendra plus tard la grande ville béorc de Saëros.
Les marguiens, profondément humiliés, retournèrent en Ouranor avec leurs esclaves. Les orcs, les kaldoreï et les béorcs quant à eux se hâtèrent d'aller raconter à leurs empereurs comment les zorians avaient vaincus aisément les marguiens. La totalité du monde avait les yeux rivés sur Atlantis et l'immense pouvoir dont ils avaient tous été témoins. La curiosité des empires les poussa à envoyer des dizaines de diplomates pour convaincre les zorians de partager le secret de cette puissance avec eux, mais le peuple d'Atlantis refusait catégoriquement de dévoiler leur secret. Pensant que la puissance seule du prismaura leur assurait la sécurité, comptant sur le pouvoir de dissuasion qu'ils possédaient, les zorians ne s'inquiétaient pas et continuaient d'exploiter en secret les miracles du prismaura, approfondissant chaque jour un peu plus leur connaissance du cristal.

Mais un jour, un puissant mage de l'empire Béorc du nom de Ségonar Calamand, puissant érudit, premier conseiller de l'empereur et intendant impérial de la magie, aussi influent que l'empereur lui-même, leva une grande armée. Utilisant l'effet de surprise a son avantage et fonçant tête baissée, il réussi a envahir Atlantis. Les zorians, malgré le prismaura, ne purent résister longtemps. Les quelques survivants du peuple d'Atlantis parti, fuyant l'île et l'armée de Calamand pour trouver asile auprès de l'empire kaldoreï. Ségonar et les siens massacrèrent tous les zorians qu'ils avaient fait prisonniers et ils s'emparèrent d'Atlantis, du savoir et des connaissances des zorians ainsi que du secret du prismaura. Dans son euphorie, Ségonar invita les plus grands diplomates du monde entier et il révéla à tous les secrets du cristal magique. Où le trouver, comment l'exploiter, comment le transformer en arme redoutable. Il divulgua les bases du maniement du prismaura, et l'hystérie gagna peu à peu le monde entier.
L'empire kaldoreï, béorc, orc et marguien commencèrent à creuser des mines dans le monde entier pour se procurer ce précieux primsaura. Les régions d'Unnis au sud de l'empire kaldoreï furent entièrement transformées en exploitations minières. Le sud de l'empire orc regorgeait lui aussi de prismaura dans son sol. Les béorcs trouvèrent du prismaura un peu partout dans leurs royaumes et même les marguiens découvrirent ce cristal maudit sous leurs pieds. Telle une course à l'armement, les grands empires s'empressèrent de fabriquer des armes et divers inventions, allant au-delà de ce qu'avait fait les zorians. Ces derniers, en exil auprès des Kaldoreï, continuaient d'inventer des choses de plus en plus invraisemblables avec l'aide des elfes. Très rapidement, le but était de posséder le plus de prismaura possible, plus que les autres, plus que tous les autres !

Et fatalement, ce qui devait arriver arriva. La tension et la rivalité entre les grands empires étant arrivées à leur paroxysme, en un mois, la totalité du monde entra en guerre. Les marguiens, ayant la nature la plus agressive qu'il soit, furent les premiers a attaquer de nouveau l'empire béorc. Ces derniers se battaient avec l'empire des orcs tout le long de la méditerranée, tout en repoussant les kaldoreï qui les attaquaient sur les littoraux de l'Almarie. Et les elfes contenaient les orcs qui essayaient de s'emparer des terres minières d'Unnis. Le monde sombra dans un torrent de sang et de flammes, et la mort et la putréfaction des cadavres souillés par la haine et la corruption empoisonnèrent la terre et nourrirent la force du prismaura. Le monde était plongé dans le chaos de la guerre, une guerre qui rapidement fut appelée : la guerre du prismaura.

Au milieu de cette anarchie, Ségonar et son armée restaient en dehors des conflits. L'archimage Calamand profitait que le monde entier était absorbé par la guerre et que l'attention n'était pas rivée sur lui pour réunir une gigantesque quantité de prismaura. Il avait le projet d'emmagasiner une immense quantité d'énergie magique afin de l'absorber et de devenir l'être le plus puissant du monde afin d'asservir la totalité des grands empires sous sa coupe pour être le maître incontesté de ce monde. En secret, son armée rapatriait de grandes quantités de prismaura. Ils en volaient aux armées, l'achetaient a d'autres, ou l'extrayaient directement eux-mêmes. A la fin, Ségonar possédait une telle quantité de prismaura concentrée que le rayonnement de l'énergie magique en était presque insoutenable. L'énergie canalisée et concentrée par la masse de prismaura était gigantesque. Tellement gigantesque, que lorsque Ségonar voulu l'absorber, la masse d'énergie magique acquît une conscience. La titanesque masse magique était devenue une entité a part entière. Et comme elle était issue d'un projet gorgé d'ambition, l'entité était à l'image de l'auteur de ce projet : maléfique, obscure, cruelle, ambitieuse et corrompue. L'entité offrit a Ségonar un ultime privilège, celui de la baptiser, après quoi elle régnerait seule. L'archimage Calamand nomma l'entité Vénroard. Et ce fut l'avènement du dieu Vénroard. L'entité fit de l'armée de Ségonar ses disciples, elle les nomma enfants de Scion. Elle consacra les meilleurs d'entre eux en leur conférant de puissants pouvoirs magiques qui venaient d'elle et leur décerna le titre de prince de Scion. Enfin, pour récompenser son créateur, Vénroard insuffla à Ségonar la plus grande puissance magique qu'il put et l'ordonna grand prêtre de Scion. Atlantis n'était plus, c'était désormais le royaume de Scion, le berceau du dieu de la puissance et de l'ambition : Vénroard.

Vénroard ordonna alors a son armée d'envahir toutes les nations dans le seul et unique but de rassembler plus de prismaura encore. Vénroard nourrissait son pouvoir du prismaura, plus il avait de prismaura, plus il avait d'énergie, plus il était puissant. Il voulait réunir tout le prismaura du monde, mais jamais il ne dit pourquoi. Son armée, les enfants de Scion, guidés par les puissants princes de Scion et le terrible grand prêtre Ségonar, s'abattirent alors comme une peste sans pitié sur les frontières de chaque empire. Les grands empires occupés à s'entre tuer dans la guerre du prismaura ne purent résister face a ce nouvel ennemi qui semblait à la fois doté de la puissance du prismaura et d'une autre magie démentielle qui décimait les soldats et les mages comme de vulgaires insectes. Très vite, le royaume de Scion se transforma en empire, régnant sur la méditerranée, le nord de l'empire orc et le sud de l'Almarie. Les enfants de Scion attaquaient déjà l'empire kaldoreï, rejoignant les orcs et les elfes sur les littoraux d'Unnis dans une bataille triangulaire sans pitié. La guerre du prismaura prenait une tournure que les grands empires n'appréciaient guère...

Ce sont les zorians qui proposèrent aux empereurs des grandes nations de se réunirent. Ils choisirent Schallamas, la monarchie au large de l'Almarie, au nord, royaume épargné par les combats qui apportait son soutient économique a l'empire béroc. Lors de cette assemblée exceptionnelle qui rassembla les dirigeants de tous les peuples, de toutes les races et de tous les royaumes, même les marguiens d'Ouranor, le vieux sage des survivants exilés du peuple zorian proposa une alliance extraordinaire pour repousser ce nouvel ennemi commun qui menaçait tous les empires. Le vieux zorian posa néanmoins une condition : toutes les grandes nations devaient accepter de s'unir ensemble dans une grande alliance unanime, en échange de quoi, ils accepteraient de travailler pour fournir à l'alliance un équipement en prismaura de qualité exceptionnelle permettant de vaincre l'armée de Scion et leur faux dieu Vénroard. Ainsi fut signé le pacte de Schallamas.
les kaldoreï et les orcs d'Unnis s'allièrent. Les elfes unirent leurs forces à celles des béorcs en Almarie. Les marguiens traversèrent les empires pour venir aider les béorcs et les orcs au front. L'avancée fulgurante de l'armée de scion fut stoppée, mais la guerre n'était pas finie. Les frontières de l'empire de Scion s'installèrent, et leurs attaques incessantes mettaient les grands empires à rude épreuve.

Les années passèrent, et excédés par l'armée de scion et leur faux dieu, prenant conscience que la menace de Vénroard devait absolument être éradiquer avant que les défenses des grands empires ne cèdent face à la pression de l'empire de Scion, les zorians rassemblèrent les meilleurs d'entre eux pour créer des armes d'une puissance colossale pour anéantir le fléau. Ils réunirent leurs connaissances et leur savoir sur le prismaura afin de créer une nouvelle génération d’armement. En manipulant l’alchimie, la forge et l’art de l’enchantement, ils parvinrent à manipuler le prismaura pour en faire des gemmes très puissantes. Ces gemmes, les méta-prismaura, pouvaient être incrustées dans de l’équipement pour en améliorer considérablement l’éfficacité. Mais les zorians ne s’arrêtèrent pas là. Ils conçurent toute une série d’armures en prismaura pur qu’ils couvrirent de méta-primsaura. La conception de ces armures et des armes qui allaient avec demanda beaucoup de temps et de prismaura mais le résultat en était déconcertant. Un combattant avisé utilisant cet équipement pouvait rivaliser avec des centaines d’hommes et équilibrer leurs forces face aux enfants de Scion. L’âge du prismaura atteignait son apogée. Les zorians réunirent une nouvelle assemblée à Schallamas où ils révélèrent leurs nouvelles armes et armures. L'assemblée nomma les plus puissants mages et guerriers de leurs nations pour porter les armures de prismaura et utiliser les armes de facture exceptionnelle. Ces combattants furent choisit pour former un groupe spécial : l'ordre des gardiens, censé combattre le fléau des enfants de Scion, vaincre les princes et le grand prêtre et détruire le faux dieu. Le nouvel espoir de cette section d'élite fit renaître au cœur de chacun la volonté de vaincre, et ces héros furent envoyés sur les champs de bataille.

La puissance des gardiens était démesurée. Ils lançaient de redoutables cataclysmes, semblaient soulever des montagnes et ravager des bataillons entiers à eux seuls. L'empire de Scion battait enfin en retraite, mais devant une telle puissance, l'ambition naturelle des mortels et leur soif de pouvoir reprit aussitôt le dessus. Les zorians se maudirent d'avoir fait confiance aux grands empires. Très vite, les gardiens commencèrent à se battre entre eux. La guerre du prismaura reprit de façon plus violente encore. Des calamités se déchaînèrent à la surface de la terre et la guerre continuait, la planète souffrant toujours plus des ravages de la guerre et du prismaura qui suçait son énergie jusqu'à la moelle. Les zorians, furieux, convoquèrent l'ordre des gardiens à Schallamas pour leur ouvrir les yeux sur leur comportement. Ils réussirent à les convaincre de s'unir pour attaquer l'empire de Scion en plein cœur et mettre un terme a l'anarchie de la guerre du prismaura, leur laissant penser qu'ils n'auront qu'à s'entre tuer après, espérant que la raison les rattrapera et que cette bataille face a un ennemi commun tissera des liens entre les gardiens qui mettra fin aux rivalités et apportera la paix après la chute de Vénroard. Les zorians apprirent aux héros à manipuler eux-mêmes le primsaura et à s’en servir pour puiser directement dans l’énergie vitale de notre monde. Ils créèrent alors la gemme ultime, la première et unique néo-prismaura, connu également sous le nom de pierre Philosophale. Les héros fondèrent ensemble les principes d'un nouvel ordre des gardiens auquel ils avaient choisit d’adhérer en abandonnant leurs nations respectives. Ils devaient utiliser l’immense pouvoir du primsaura uniquement pour mettre un terme à la guerre et aux massacres ainsi que pour neutraliser la menace des enfants de Scion et de leur père Vénroard. A l’aide de leurs nouveaux pouvoirs, ils usaient de cataclysmes et de calamités pour calmer les ardeurs entre les empires ainsi que pour faire reculer les armées de Vènroard. Des lames de fond, des tornades, des séismes, des volcans et des tempêtes. La terre agonisait sous le poids du primsaura qui tel un vampire lui suçait toute son énergie et la défigurait, le tout sous la demande de tous les mortels qui en usait et en abusait pour se battre.

Les gardiens réussirent à repousser les enfants de Scion et Ségonar jusqu’à Atlantis où se tapissait le terrible Vénroard. Comme prévu, les gardiens utilisèrent la puissance de la pierre philosophale, provoquant une explosion gigantesque d’énergie pure qui désintégra totalement l’Atlantis, réduisant Vénroard à l’état d’une faible et ridicule présence magique. Mais le sacrilège avait été trop grand. Comme pour se défendre d’elle-même contre la menace, la terre utilisa les flux magiques, ses véritables veines d'énergie et de vie, pour intervenir directement. Pour la première fois dans l’histoire, des flux d’énergie visible vinrent s’emparer de Vénroard et de chacun des gardiens. Et pour les punir d’avoir utilisé le prismaura, la planète changea chacun des gardiens en animal, métamorphosés de l’intérieur par les flux qui pénétraient en eux par leur armure en prismaura. La nature fit de chacun d’entre eux un animal magique mystique condamné à veiller pour l’éternité sur l’équilibre du monde et de la magie qu’ils avaient failli briser. L’ordre des gardiens se dispersa alors à travers le monde pour mener à bien sa mission. On dit que quiconque abuserait du prismaura se retrouverait changé en animal. Quant à Vénroard, il fut emprisonné au centre de la terre pour y brûler jusqu’à la fin des temps.

Avec la fin des enfants des Scion et de la tyrannie de Vénroard, le temps de la guerre du prismaura laissa place aux enseignements tirés des erreurs de chacun. Pendant que les nations tentaient de se reconstruire, les gouvernements se déchirèrent et s’effondrèrent, de grandes révoltes éclatèrent et l’anarchie plongea le monde dans une nouvelle sorte de chaos. La croyance populaire se mit à diaboliser le prismaura, et des mouvements de foule commencèrent à détruire les cristaux en masse. Le prismaura fut décrété interdit, il fut détruit sur l’ensemble du globe et les mines furent effondrées. Ce mouvement prismauraphobe se répandit partout. Les zorians voulurent protester contre la destruction du prismaura et même protéger ce cristal exceptionnel, mais on les accusa d’être l’origine du mal et ils subirent un génocide. Seule une poignée parvint à survivre, abandonnant le prismaura pour fuir dans les terres glacées d’Isla Nublar où beaucoup périrent. On dit que quelques dizaines d’entre eux ont survécus, mais personne ne les a plus jamais revus.

Avec la fin de la guerre, les habitants d'Unnis reprochèrent à l'empereur kaldoreï d'être utilisés comme des victimes et des cibles. Ne voulant plus subir les foudres des ennemis de l'empereur, Unnis demanda son indépendance, l'empire kaldoreï frôla la guerre civile avant qu'un ordre de druides ancestraux permis la division sans violences de l'empire en deux : les terres d'Unnis et le royaume d'Han'Diirëil. L’empire béroc éclata en deux : l’Almarie qui se désolidarisa en prenant son indépendance et les terres de l'est, Saëroque & Kaëdor, parsemées de royaumes et de territoires livrés à eux-mêmes. L’Afrique des orcs fut brisée au milieu du désert de Driz, séparant le royaume d'Amunmose de celui d'Eriäman. Enfin, l’Océanie se brisa à son tour, désolidarisant les archipels de Gwandosie avec l’Ouranor, terre des marguiens. Dans chaque nouveau royaume, il n’y avait plus une seule et unique race souveraine. La guerre avait brassées les ethnies et désormais chaque terre comportait un assortiment éclectique des races de notre monde, même si certaines semblaient bien majoritaires par rapport aux autres. Le temps continua de changer la face du monde, les terres allaient connaître d'autres drames. C'est ainsi que huit siècles d'histoire s'écoulèrent.

Et malgré le temps, au plus profond de la terre, sous nos pieds, sommeil toujours le prismaura. Dans ce monde, de nombreux héros voient le jour, comme il y en a toujours eut dans le passé, comme il y en aura toujours dans le futur. Et ces héros du présent, c'est vous ! Que ferez vous de votre pouvoir et de votre incroyable destiné ? Laisserez-vous le prismaura vous corrompre ou combattrez-vous pour affranchir le monde de son emprise ? Allez-vous vous battre pour utiliser le prismaura pour le bien de tous les mortels ou abuserez-vous allègrement de cet immense pouvoir pour servir vos seuls intérêts ? Ce cristal maudit va-t-il réapparaître un jour et semer de nouveau le chaos dans ce monde ? Vénroard reviendra-t-il un jour ? Toutes ces questions n'ont qu'une seule réponse : votre choix.
Alpha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prismaura.faireforum.com
 
Prologue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prologue, Chapitre 3 ─ Le Voleur est démasqué

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ze Legend du prismaura qui tue ! :: Accueil :: Les fondamentaux :: Encyclopedie :: Archives historiques-
Sauter vers: